Алексей Евсеев (jewsejka) wrote in ed_limonov,
Алексей Евсеев
jewsejka
ed_limonov

Edward Limonov // «L’Idiot International», №17, 6 Septembre 1989


Edward Limonov L'IDIOT INTERNATIONAL

DISCOURS SUR LES DROITS ET LES LIBERTES

ecrivain de la perestroïka, Edward Limonov examine avec malice le vieillissement de nos droits de l'homme


Quelle cérémonie mussolinienne l'Etat nous a montré ce 26 août! Il faut remarquer que si le funambule, sur sa corde, avait porté non pas les 17 maigres articles de la Déclaration des Droits de l'Homme mais le Code Pénal, il serait tombé à terre, mort, déséquilibré. Le Code Pénal est lourd, il s'alourdit chaque décennie tandis que la Déclaration des Droits de l'Homme (heureusement pour le funambule du Palais de Chaillot) n'a pas évolué depuis 1789.

Si l'Etat dit juger ses citoyens selon l'ancien code Napoléon, les législateurs n'ont cessé d'y ajouter, au fil du temps, des punitions et des Interdictions nouvelles. De même, les droits et les libertés de l'homme — conçues sous l'ancien régime du temps du roi-serrurier Louis XVI — se sont rétrécis au travers de deux Empires, une Restauration et cinq Républiques! Imaginez que cherchant à connaître les lois de la physique, votre libraire ne vous propose qu'un volume poussiéreux, édité en 1789… Vous pourriez l'acheter pour vous amuser, mais imaginez quel était l'état de la connaissance des sciences physiques en 1789!!!


Objets de musée

Les droits de l'homme et ses nombreuses libertés sont les objets d'orgueil et de vanité de notre société. Notre Etat les exhibe au regard envieux des étrangers, les expose comme les bijoux dans les vitrines des magasins de la place Vendôme… Et pourtant, citoyens, nous nous leurrons nous-mêmes comme notre Etat nous leurre volontiers, en passant sous silence le fait simple et compréhensible du vieillissement des droits et libertés "modèle 1989".

Enracinés dans une réalité encore féodale au XVIIIème siècle — époque où l'ensemble de la pensée occidentale s'est formée — les droits et libertés modèle 1789 n'ont plus de sens aujourd'hui. Ils sont peut-être encore bons à exporter au Tiers Monde; bon pour la grande noire Jessie Norman; mais chez nous… ce sont des objets morts de musée!

En 1789, le capitalisme n'était pas encore né, l'industrialisation commençait a peine en Angleterre, les conditions d'existences étaient totalement différentes! Imaginez un monde sans chemin de fer, sans usines, sans classe ouvrière, sans radio, sans télé… Et, dans cette conjoncture, imaginez la mentalité de la population!

Oui, citoyens, nous vivons aujourd'hui dans une société libre et nous nous contentons des libertés… du XVIIIème siècle! L'Etat nous les accorde volontiers. Mais nos libertés contemporaines, de citoyens vivants de 1789, nos maîtres se les gardent jalousement pour leur usage personnel.

Imaginons, maintenant, que l'Assemblée constituante d'alors doive formuler et voter la Déclaration des droits de l'homme de 1989. Parmi les droits fondamentaux, lequel pensez-vous serait rédigé et présenté en premier? Sans nul doute, le droit au référendum populaire pour tous les problèmes importants de la vie de la nation.


Presse des nantis

Pensez-vous que l'Assemblée de 1789 aurait laissé au gouvernement du roi la main-mise absolue sur la télévision — cette machine terriblement efficace pour le lavage des cerveaux, la machine totalement totalitaire d'abrutissement? Pensez-vous que les patriotes de 1789 auraient laissé le gouvernement gaver la nation d'images sélectionnées, d'informations tendancieuses, de commentaires humiliants, de pensées préfabriquées? Jamais! Des Jacobins aux Girondins, nos vieux pères auraient voté pour le contrôle de la télé par le peuple.

Pensez-vous que nos aïeux auraient laissé la presse écrite entre les mains des nantis? Qu'ils auraient laissé les barons de la presse exercer leur influence démesurée et tendancieuse sur la population entière? Jamais! Imaginez-vous que l'Assemblée aurait laisser passer sous silence le droit primordial au contrôle direct des centrales et armes nucléaires par le peuple? Pensez-vous que l'Assemblée aurait laissé le roi construire 46 centrales nucléaires sans consulter une seule fois la population? Jamais! Le vieux Robespierre poudré et Danton le rude se seraient levés, furieux, et toute l'Assemblée, jusqu'au dernier petit Sieyès, aurait voté pour le contrôle populaire immédiat par référendum. "Le roi ne peut gouverner que d'après les lois que la nation lui présente" aurait dit Robespierre le poudré, et Danton le rude aurait frappé sur le pupitre de sa poigne velue.

Edward Limonov
.
Tags: "l'idiot international", тексты Лимонова
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your reply will be screened

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 0 comments